Rencontre

J’ai re-démarré un blog pour toutes les fois où j’ai réalisé que j’avais raconté la même histoire plusieurs fois et senti que j’aurais aimé la raconter aussi à mes relations plus lointaines (par la distance généralement, ou par la fréquence des contacts). Pour les histoires et aussi pour les prises de conscience, ou les intuitions (j’ai même créé une catégorie spéciale pour ces idées cristallisées, comme la teneur du premier article).

Voici un de ces récits, un souvenir inoubliable, et auquel je m’accroche avec une affection particulière parce qu’il me connecte à tous ceux qui vivent des expériences extraordinaires et que j’envie souvent, moi qui me sens souvent comme une elfe perdue sur cette planète et qui aurait oublié la capacité de communiquer avec ses semblables.

C’est une époque pas si lointaine, où je me débattais souvent avec des tristesses démesurées. Leurs vagues me déchiraient la poitrine comme si une boîte de Pandore s’ouvrait en moi et laissait sortir des dragons incontrôlables. La contrepartie était qu’au centre de ce maëlstrom je percevais un amour d’une intensité telle que j’en restais bouleversée.

J’avais peu à peu appris à laisser passer ces moments douloureux, mais leur force n’en était pas moindre.

Or, c’était un jour ordinaire et je marchais dans un centre commercial gigantesque et futuriste de l’ouest de Londres, aspirant à ce que ces murs abritent un jour une université au lieu d’un temple au consumérisme. Une pensée et mon coeur explose, m’isolant de la foule. Je laisse passer la tempête et me trouve ensuite dans une profonde paix intérieure, comme si toutes les douleurs du monde étaient sorties de moi, enfin, pour me laisser dans un Eden de pureté. Je savoure ce cadeau et mes pas continuent de me porter quand soudain, je perçois en cercle autour de moi quatre figures très grandes et lumineuses qui me regardent avec une infinie bonté.

En une fraction de seconde je ressens que ces êtres ont été attentifs à tous les pas de mon évolution, maladroits ou non, sans aucun jugement et je ressens aussi…de l’admiration. Moi qui me considère trop souvent comme toute petite et bien imparfaite, je suis admirée pour le choix que j’ai fait de venir m’incarner dans la matière, acceptant ainsi de subir les tourments du monde émotionnel et physique, et ce par des êtres d’une luminosité incalculable.

Cette « vision » où je ne voyais rien mais ressentais ces présences, m’a tellement bouleversée que j’ai du m’asseoir un moment. Quel changement béni de perspective, sur moi-même, la valeur que je me porte, et la vie !

Cela ne s’est pas reproduit à ce jour. Mes émotions sont aussi bien plus calmes. Mais quand je vois combien le tremblement de terre en Nouvelle Zélande me bouleverse (c’est un pays avec lequel j’ai un lien très fort), ce qui se passe au Moyen Orient aujourd’hui, je me dis que nous allons peut-être devoir traverser un sas émotionnel intense,  que la Terre (la planète et les êtres qui y habitent) est en train de vivre un déchaînement qui est une porte vers une réalité lumineuse dont nous avons peine à imaginer l’autre côté tellement il est sublime.

J’ai cherché des images un peu new age pour vous montrer un peu ce que j’ai vu mais rien de ressemblant sur la toile. En attendant que je les dessine, ce qu’il y a de plus proche, croyez le ou non, je l’ai trouvé sur un site de fans de Galactica lol ! (ce qui laisse à penser que les années 70 sont une mine d’or d’intuitions prémonitoires!).

light_beings

1 Comment

  1. DUCROQ Patrick says: Répondre

    Bonsoir Marianne,
    Je suis content de te retrouver sur ton blog, le forum étant maintenant fermé.
    J’ai revu Patricia et Thierry ce mois de juin pour le stage E.E.2.
    Encore 4 jours formidable, dommage que je ne rencontre plus personne de notre groupe initial.
    Je n’ai pu aller à la rencontre GRIM-NÜR à Rocamadour fin juin car je devais partir en Bavière pour le mariage de mon fils. D’ailleurs de retour, je t’écrit de l’aéroport CDG en attendant mon avion pour Nantes dans 1/2 heure.
    Bien, je te dit à bientôt pour de nouvelles aventures avec nos amis invisibles.
    Patrick

Laisser un commentaire