Deux humanités

C’est apparu au coin d’une rêverie, que l’on appelle aussi connexion à un autre état de conscience.
J’avais vu passer quelques articles sur le transhumanisme. Réalité cyberpunk se frayant un chemin dans la notre, fruit peut-être, des rêves de quelques uns.
Nous sommes si imparfaits, disent-ils : le chien a un meilleur odorat que nous. Pourquoi ne nous doterions-nous pas du même ?

Savent-ils, ceux qui rêvent ainsi, que l’être humain a des capacités qui dépassent celles des cinq sens ? Ont-ils exploré les subtilités du ressenti ? Plongé dans leur propre corps et découvert les galaxies qui y résident ? La matière est bien plus profonde et subtile que notre viande.
Ceux qui voguent sur les plans délicats et sauvages des dimensions invisibles savent que nos véritables capacités sont verrouillées par nos conceptions de ce qui est possible, par des millénaires d’oubli, et vraiment, que nous n’entendons que ce que nous voulons bien entendre, ne voyons que ce que nous voulons bien voir. Notre réalité est façonnée par la matrice de nos croyances et, telle un filtre qui ne laisse passer que sa couleur imprimée, nous teintons ce qui est de qui nous croyons être. Confort de l’habitude et peur de la fissure. Elle laisserait passer tout ce que nous avons refoulé, prix à payer avant de nous dévoiler le tissu de la réalité.
Ceux qui dialoguent avec les énergies subtiles de la nature : courants glissant à la surface des rivières, esprits pensants dissimulés dans les buis, mémoires des lieux, sacré des sanctuaires… ont déjà accès à l’impossible. Sans implant, sans disque dur greffé sous la peau du crâne, sans augmentation artificielle de leurs sens grossiers. Surtout sans cela.

Savent-ils le prix à payer ceux qui veulent s’agrémenter de la machine, imaginée si parfaite, si pure, si pointue, là où nous nous considérons souvent trop faibles et impuissants ? Savent-ils ce qu’ils vont perdre ?…

Alors, l’humanité va-t-elle se diviser en deux ?… Et laquelle espèce portera encore le nom d’humain ?…

2 Comment

  1. La division en deux de l’humanité me semble être la tangente la plus probable, vu de ma fenêtre. La question que je me pose c’est : étant donné que l’une de ces deux humanités sera habitée par la peur de l’autre, laissera-t-elle l’autre humanité vivre paisiblement alors qu’il lui serait si simple de l’exterminer ?
    (Ou bien les catastrophes climatiques auront-elles eu raison de l’humanité entière avant d’en arriver là ?…)

    1. Marianne says: Répondre

      Qu’as-tu envie d’imaginer ? 🙂

Répondre à Guillaume Armide Annuler la réponse.